Reconversion professionnelle : il est l’heure d’oser se retrouver par Marylin DELSOL

Un samedi soir comme un autre. Il est très tard et je ne dors pas. À ce moment précis, je repense aux mots d’un ami quelques semaines plus tôt, alors qu’on parlait de reconversion professionnelle : « Tu n’as jamais pensé à devenir rédacteur web ? ». Pourquoi ? Mystère… Mais j’aime à croire que c’est le destin. Grâce à cette phrase en l’air et à cette insomnie, j’ai pris la décision impulsive de changer de métier. À moi l’univers de la rédaction web et de ses secrets !

Chronique d’une reconversion professionnelle prévisible

Il n’aura pas fallu plus que quelques recherches pour découvrir en quoi consistait ce métier pour libérer l’évidence : je voulais devenir rédacteur web ! Cette écriture pas comme les autres, qui doit à la fois charmer le lecteur et les algorithmes, m’a séduite par sa richesse.

Reconversion professionnelle témoignage d’une amoureuse des mots

Je vis depuis toujours une relation forte avec les mots. À deux ans? j’apprenais à lire dans le journal, à 14, je participais à des concours de nouvelles. Et depuis? je n’ai jamais cessé d’écrire, même si je n’avais jamais envisagé jusque-là de changer de métier pour en vivre.

En débutant cette formation, j’ai ouvert une porte sur un monde merveilleux et tellement riche ! Une base de qualités rédactionnelle, assaisonnée de techniques propres au Web : cette recette alléchante m’a donné une envie folle d’intégrer le cercle de ceux qui murmurent à l’oreille des internautes et des moteurs de recherche.

Détenir les clés d’un langage invisible à l’œil du profane qui surfe au gré de ses questionnements… C’est si grisant de posséder sous son clavier LA solution à lui apporter.

Devenir rédacteur web : rendre ses lettres de noblesse à l’écriture web

 « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu meurs » : à l’instar de Dewey dans la série Malcolm, les Dieux algorithmes décident de quel site aura une place au soleil dans le fameux triangle d’or et duquel restera dans l’ombre. Il est donc essentiel de savoir comment les convaincre.

Dans l’immense océan du contenu du web, de trop nombreuses sollicitations manquent à mon sens de respect envers le lecteur, tant la quête du référencement y est flagrante : succession de mots-clés, traductions approximatives et accroches racoleuses (pour ne pas dire « putaclic »). Le lecteur ne veut – et ne doit – pas voir tous les fils de marionnette que le rédacteur accroche à ses mots au fil de son texte pour l’amener là où il veut.

Il y a donc de belles places à prendre pour les amoureux des lettres qui savent créer des émotions et souhaitent se former pour les manier et en tirer le meilleur.

Se former pour s’autoriser à réussir

Il existe de nombreux contenus gratuits pour s’initier aux techniques de rédaction web, aux balises HTML ou aux méthodes d’optimisation d’un texte. Mais je ne suis absolument pas autodidacte. Et n’étant pas Crésus non plus, j’ai utilisé mon compte personnel de formation pour financer la formation qui va me permettre de changer de métier.

Reconversion professionnelle à 40 ans : trouver sa réussite au-delà de sa zone de confort

Je n’avais encore jamais pris le risque d’apprendre quelque chose de nouveau de mon plein gré. J’ai décidé de changer de métier  sur un coup de tête nocturne, sans laisser à mon syndrome de l’imposteur l’occasion de persifler à mon oreille. Bien m’en a pris !

De la réfection des toitures au running, en passant par les cloisons alvéolaires, j’ai su écrire sur des sujets qui, de prime abord, ne m’attiraient pas. J’ai eu peur… Une reconversion professionnelle à 40 ans, tout de même…

Il a fallu sortir de ma zone de confort, me dépasser à de nombreuses reprises, faire taire ce satané syndrome de l’imposteur (qui avait finalement trouvé son chemin)… Mais je l’ai fait ! Y serais-je parvenu sans le soutien et les encouragements de l’équipe de formation ? Rien de moins sûr en revanche !

Reconversion professionnelle témoignage d’une ambition

Lors d’une conversation sur mon projet de devenir rédacteur web, mon beau-père me disait récemment avoir lu un article de mécanique écrit par un professionnel du métier. Ce qui lui faisait dire ça ? L’auteur savait tout sur le sujet. C’était précis et clair, le texte sentait l’assurance de l’expert et la valeur sûre. Pour en parler aussi bien, c’était forcément un pro !

Or, il n’a sans doute pas plus été rédigé par un mécanicien que je ne suis Beyoncé …

Le rédacteur qui a écrit ce texte était bon. Voire très bon. Le genre de rédacteur que j’aspire à devenir. Si je peux inspirer la même confiance en écrivant, alors je saurai que j’ai bien fait de tenter une reconversion professionnelle à 40 ans !

Changer de métier : devenir la meilleure version de moi-même

Grisée par le super pouvoir qui m’a été transmis, je prends tellement de plaisir à écrire (oui, oui, même sur les cloisons alvéolaires !) que je suis prête à provoquer ma réussite, à me donner les moyens de changer de métier pour devenir rédacteur web et être moi-même la réponse à mes doutes.


Retrouver Marylin DELSOL sur Linkedin

Laisser un commentaire