Le 23 juin dernier, Gallimard a racheté Les Éditions de Minuit, dernière grande maison d’édition indépendante. Fondée pendant la guerre, cette maison historique et libre a toujours promu des auteurs controversés et révélé de nombreux talents. Alors, pourquoi la vente des Éditions de Minuit est-elle inéluctable aujourd’hui ? Découvrez ce qui a motivé sa dirigeante Irène Lindon : un grand respect pour le monument de l’édition.

Minuit, une maison d’édition fondée sur la liberté

Dans le monde littéraire, Les Éditions de Minuit a toujours fait figure d’exception.

Créée en 1942 par Pierre de Lescure et l’écrivain Jean Bruller (Vercors) en pleine occupation Allemande, cette maison d’édition clandestine est née d’une nécessité d’indépendance et de liberté.

A travers Les Éditions de Minuit, les deux résistants fondateurs, ont cherché à contourner la censure et mettre en avant des textes humanistes et politiquement engagés.

Il existe encore en France des écrivains qui […] refusent les mots d’ordre. Ils sentent profondément que la pensée doit s’exprimer. Surtout parce que, s’il ne s’exprime pas, l’esprit meurt 

Extrait du manifeste de Pierre de Lescure et Jean Bruller

Les Éditions de Minuit, spécialiste des livres forts et engagés

Les choix des Éditions de Minuit se sont toujours portés sur des textes puissants et sulfureux, qui n’auraient pu voir le jour autrement. Les éditeurs ont ainsi donné une tribune à des auteurs controversés, mais en lesquels ils croyaient profondément. Plus que la rentabilité, c’est l’engagement humaniste qui a motivé les fondateurs et a demeuré, pendant près de 80 ans, le crédo de la maison d’édition indépendante.

Les Éditions de Minuit ont donc publié clandestinement « Le silence de la mer » (Vercors), un puissant recueil de nouvelles sur l’occupation, ainsi que les poèmes de Paul Éluard.

“Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté” 

« Au rendez-vous Allemand », Paul Éluard, 1945

Depuis la fin de la guerre, la maison d’édition a toujours fait preuve d’engagement dans le choix des textes publiés : (ex. La Nuit de Elie Wiesel, des ouvrages sur la guerre d’Algérie, etc.)

La famille Lindon, héritière des Éditions de Minuit

À partir de 1948, l’éditeur Jérôme Lindon prend la direction de la mythique maison d’édition. Sous son égide, ont été publiés des ouvrages alternatifs : les courants littéraires du « Nouveau roman », les écrits de Hervé Guibert, Bernard-Marie Koltès ou du sociologue Pierre Bourdieu…

De grands noms comme Samuel Beckett (Prix Nobel de Littérature) ou Marguerite Duras (L’Amant, 1984 – primé au Goncourt) ont également été révélés par Les Éditions de Minuit.

Pierre Bourdieu

De Minuit à Gallimard – le choix du respect

Fille de Jérome Lindon, Irène Lindon dirige Les Éditions de Minuit depuis 2001. Aujourd’hui, faute de repreneur, elle se voit contrainte de vendre la maison d’édition.

Il a toujours existé un grand respect entre Gallimard et Les Éditions de Minuit. Le choix d’Irène Lindon pour la grande maison d’édition s’est donc imposé sans grande difficulté.

L’âge venant, il fallait que je pense à l’avenir de la maison, de ses collaborateurs, de ses auteurs… C’est donc naturellement que je me suis tournée vers Antoine Gallimard, dont le catalogue et les librairies sont un modèle de la profession et qui assure depuis plusieurs années […] notre diffusion-distribution auprès des libraires” 

Irène Lindon, 72 ans

Le groupe Madrigall, maison mère de Gallimard a donc racheté Les Éditions de Minuit le 23 juin 2021. Thomas Simonnet a été nommé directeur éditorial de Minuit chez Gallimard. Ce dernier dirige depuis 2006 « l’Arbalète », une collection de littérature contemporaine, attachée aux premiers romans et formes neuves.

La vente conclue aujourd’hui entre Irène Lindon et Antoine Gallimard vient sceller une longue amitié et un respect mutuel que se portaient déjà leurs aïeux, il y a quelques années :

“J’estime vos efforts et votre goût, je vous envie parfois d’être libre, de savoir l’être” 

Lettre de gaston Gallimard à Jérôme Lindon, 1959

Quel avenir pour Les Éditions de Minuit ?

Toutes deux nées pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Arbalète et Minuit ont en commun leur marginalité dans le paysage littéraire. Cette reprise de la maison mythique par Thomas Simonnet s’annonce donc prometteuse, comme nous le laisse pressentir Irène Lindon : “Son talent paraît convenir à la fois aux auteurs du catalogue mais certainement aussi à des auteurs encore inconnus qui pourraient rejoindre la maison”

Laisser un commentaire