Bernard Werber est certainement un des auteurs les plus lu ces 15 dernières années. Auteur prolifique, complexe, il tient un blog intitulé « De vous à moi », sur lequel il aime partager ses influences en matière de lectures, bd, et films. D’ailleurs, il partage dans la rubrique « un peu plus », de précieux conseils sur l’écriture, les rouages nécessaires pour établir une intrigue solide, les composantes vitales des personnages. Il aborde aussi la réalité des pratiques des maisons d’éditions et nous donne quelques astuces pour soigner l’envoi de nos manuscrits.

Bernard Werber : sa vision de l’écriture

L’auteur des Fourmis est prolixe lorsqu’il s’agit de transmettre ses pratiques et sa propre expérience de l’écriture. Pour lui, être écrivain est un métier à envisager d’une manière pragmatique. Voici ses conseils sur le sujet :

  • Écrire pour le plaisir d’inventer des histoires, de raconter, de transmettre. Si vous rêvez d’être célèbre, d’épater votre famille, vous vous trompez de chemin.
  • Écrire c’est être seul, l’écriture demande de longues heures d’isolement. Êtes-vous prêt ?
  • Soyez l’artisan au service de votre histoire, pour cela, écrivez tous les jours et persévérez.
  • Lisez les romans que vous aimez pour les écrire à votre tour.
  • Trouvez votre écrivain modèle, l’auteur qui vous inspire, dont les intrigues et le style vous touchent à chaque livre afin d’améliorer votre style.
  • Puisez l’inspiration dans vos souffrances, vos combats.
  • Misez sur l’originalité, allez vers l’inédit, l’inexploré autant dans le fond que dans la forme.
  • Surprenez le lecteur en sortant des sentiers battus, coup de théâtre, secret, ironie tout est bon.

Les lectures et l’écriture pratiquée de manière journalière vont libérer la créativité. Les mécanismes du roman sont à votre portée à présent.

Les qualités d’un bon roman selon Bernard Werber

Avec près d’une cinquantaine d’ouvrages à son actif, romans et bandes dessinées confondues, Bernard Werber nous livre ses conseils pour écrire un bon roman :

  • Soigner la chute du roman. La fin doit laisser le lecteur perplexe.
  • Reprendre et corriger son roman pour arriver à une version qui vous semble fluide et cohérente.
  • Creuser les personnages, établir des fiches avec leurs caractéristiques physiques, leurs enfances, leurs choix vestimentaires de sorte que le lecteur s’identifie à eux
  • Trouver leur faille, pour pouvoir s’en servir et faire évoluer le personnage dans un parcours initiatique
  • Faire des recherches sur les thèmes, univers sur lesquels vous souhaitez écrire pour nourrir l’histoire
  • Lire vos écrits à voix haute pour saisir le rythme et les faiblesses du texte
  • Choisir des bêta-lecteurs expérimentés pour un retour concret et objectif
  • Découper le roman en trois parties : début, milieu et fin

Voilà déjà de bonnes bases, alors plus d’excuses, stop à la procrastination et à vos plumes. Prochaine étape : les maisons d’éditions !

L’enjeu des maisons d’éditions

Enfin, Bernard Werber nous éclaire aussi sur les codes à suivre pour être édité. L’édition à compte d’auteur est à éviter. Chaque éditeur publie des thématiques et des formats précis. Il conseille de bien choisir et aussi de se préparer aux lettres de refus. L’important est de rebondir pour renvoyer une version qui déchire !

Laisser un commentaire