Défi Bradbury Sunshine – La Quête de Lilly

Dévi Vidjeacoumar - La Quête de Lily

La quête de Lilly

Lilly Watsen regarda langoureusement la photo de Richard. Son bien-aimé l’avait abandonné pour son projet professionnel à l’étranger. Ce brun ténébreux lui annonça ses adieux quelques semaines plus tôt. Lilly était déçue et espérait qu’il reviendrait.
Cette jeune femme de trente ans aux cheveux longs avait un teint mat qui la rajeunissait. Lors du décollage de l’avion pour la Malaysie, elle se remémora de sa discussion avec sa meilleure amie Sophie Dumine quelques jours auparavant :

  • Lilly, Des nouvelles de Richard ?
  • Non, aucune, il m’avait pourtant promis de m’écrire une fois installer. Cette fois, c’est vraiment fini …
  • Ce n’est pas la première fois qu’il te quitte, il est toujours aussi égocentrique
  • Sophie ! C’est l’homme de ma vie, il reviendra vers moi !
  • Ce serait étonnant, à moins que tu ailles le chercher par la peau des fesses, c’est une cause perdue. Fais attention, tu es toujours aussi crédule et naïve Lilly
  • Que j’aille le chercher… Sophie, tu as raison !
  • Hmm Lilly, je ne suis pas sûre d’avoir saisie l’idée,
  • Tu as raison, Richard m’attend en réalité, c’est un test pour savoir si je suis prête à le suivre à l’autre bout du monde ! Merci Sophie, c’est clair !
  • Non Lilly, attend…

Malgré la réticence de son amie Sophie, Lilly décida de rejoindre Richard en Malaysie. Arrivée à l’aéroport de Kuala Lampur, elle partit faire un tour dans une boutique de bijoux quand tout à coup Lilly fut bousculée.

Une vieille femme malaysienne se pressa vers la sortie et au même moment, un policier entra en criant « Que personne ne sort, il y a un voleur parmi vous ! ». Avant même de pouvoir se retourner, le policier lui attrapa le bras et commença en anglais :

  • Tu m’as pris pour une imbécile ?
  • Non, je n’ai rien, regardez dans mes poches… Le policier sortit des colliers et Lilly compris immédiatement qu’il s’agissait de l’œuvre de la vieille femme. Pensant que la vieille femme devait avoir ses raisons de voler, elle décida de ne rien dire pour la protéger.
  • Attendez, je suis une touriste, vous ne pouvez pas m’emmener !
  • Touriste ou non, tu seras jugée ! dit-il en claquant la portière de la voiture.

Elle fut emmenée au commissariat. Trainée par le policier, au loin, la vieille femme avait rejoint un homme habillé en noir et regardèrent la scène.

Lilly était en panique et elle ne connaissait que Richard Landers ici mais ne voulait pas le déranger. Ses larmes commencèrent à couler sans qu’elle puisse les contrôler…

Un freinage brutal de la voiture l’a fit sortir de ses pensées. « Que se passe-t-il ? ». Un grand homme habillé en noir leur ordonna de sortir en les menaçant avec un coupe/coupe tranchant. Il attrapa le bras de Lilly et s’éloigna de la voiture en pointant son arme en direction du policier. Puis d’adresse à Lilly :

  • Toi courir !

Et Lilly commença à détaler avec cet homme. Une ruelle loin de l’avenue principale du policier, le jeune homme s’arrêta essouffler et rangea son coupe/coupe à la ceinture puis se tourna vers Lilly :

  • Moi Jack !
  • Jack ? rétorqua Lilly.

Elle en profita pour observer son sauveur. Ce jeune châtain avait les cheveux en bataille lui donnant un air nonchalant et portait une longue tunique noire. Il portait un tissu attaché à la ceinture où il accrocha son coupe/coupe. Il n’avait pas les traits d’un européen. Et ses yeux…Lilly s’émerveilla. Elle ne les avait pas aperçus avant. Elle pouvait distinguer les pupilles noires de Jack noyaient dans ses yeux vert émeraude. Lilly était sous le charme lorsque Jack l’interrompit dans son inspection :

 

  • Moi Jack !
  • Merci de m’avoir aidée Jack, je m’appelle Lilly
  • Toi aider mère…

Surprise, Lilly se demanda pourquoi il ne faisait pas de phrase pour s’exprimer. Son émerveillement disparu pour laisser place à des interrogations.

Jack la remercia de ne pas avoir dénoncé sa mère et l’avait aidé en retour pour payer sa dette. Cette explication était compliquée pour Jack qui s’exprimait difficilement. Il l’alerta sur le fait qu’elle ne pourrait plus voyager avec ses papiers après cet incident. Seuls les chemins à travers la campagne étaient sécurisés pour elle. Jack l’accueilli chez lui et sa mère.

Lilly leur donna la raison de sa venue ici. Touchée par son histoire, la mère de Jack demanda à celui-ci de veiller et d’escorter Lilly jusqu’à ce qu’elle retrouve Richard. La nuit tombée, Lilly se retrouva à dormir avec la mère de Jack et en profita pour lui parler :

  • Jack est européen ?
  • Je l’ai adopté à l’âge de huit ans, il venait de perdre ses parents dans un accident de voiture… Depuis cet incident, il a un blocage au niveau de l’élocution. C’est un bon garçon mais avec son handicap, il n’a pas beaucoup d’ami. Tu es la première qui l’a touché et il a voulu te venir en aide immédiatement.

Émue par ces paroles, Lilly sourit et s’endormit malgré le fait qu’elle avait encore beaucoup de questions sur Jack.

Le lendemain, Jack et Lilly partirent en voyage et traversèrent les dangers de la campagne. Lilly s’aperçut de l’habileté et de la force physique de Jack qui contrastait avec son handicap d’élocution. Elle lui proposa d’apprendre à parler davantage. Ce voyage d’apprentissage les rapprocha à tel point qu’ils devinrent complices en quelques jours.

Après avoir mené l’enquête, Jack et Lilly retrouvèrent Richard à Singapour. Au fur et à mesure que le voyage s’approchait de la fin, Jack se rendit compte qu’il appréciait la présence de Lilly, elle lui avait appris à mieux s’exprimer et lui était extrêmement reconnaissant. Elle avait pris soin de lui comme personne auparavant. Lilly, de son côté, était excitée à l’idée de retrouver son bien aimé.

Lilly, déterminée, demanda à Jack de l’attendre dans le café proche avant de se rendre au bureau de Richard.

Quelle fut sa surprise à l’accueil, Lilly se tenait avec une belle tunique rouge et son plus beau sourire :

  • Lilly… dit Richard d’une voix douce
  • Richard, j’ai décidé de venir m’installer ici
  • Ça me touche mais c’est ma décision, tu ne peux pas abandonner ta vie, tes amis et ta famille pour moi
  • Je t’aime Richard, je veux être avec toi, je m’adapterai ici !

Elle le prit dans ses bras et perdit sa tête contre son torse. Elle pleura. C’est bizarre, la réaction de Richard était inattendue, il ne lui demanda pas de rester, au contraire, il la repoussait et lui demandait de partir.

  • Lilly, je suis très touché mais je vais me marier.

Lilly était effondrée, Richard était sur le point de se marier avec une autre femme. Pourquoi ? C’était une amie d’enfance, cela faisait des années qu’ils se tournaient autour et ils avaient décidés de franchir le cap. Et moi ? Elle ressentit un sentiment d’impuissance et tomba dans une profonde tristesse. Elle pleurait toutes les larmes de son corps quand Jack la rejoignit :

– Toi, pas pleurer, lui idiot !

Lilly ne l’écoutait pas, perdue dans ses sentiments, tout ce voyage pour Richard n’avait aucun sens, elle continua de s’apitoyer en ignorant Jack. Dans sa colère, elle voulait insulter Jack qui ne savait pas aligner une phrase correctement. Jack ressentait sa douleur mais était impuissant sur la façon de l’aider.

Lilly se renferma et maigri au fil des jours, Jack ne savait quoi faire pour lui redonner goût à la vie. Et c’est un grave incident qui la fit sortir de son mutisme. En effet, Jack avait disparu et découvrit qu’il avait été percuté par une voiture et emmené à l’hôpital. Lilly était horrifiée, elle qui pensait avoir tout perdu, elle se rendit compte que son enfer n’avait pas de fond.

Elle se remémora de toutes les aventures partagées avec Jack et à quel point il était bienveillant envers elle. Il avait veillé sur elle nuit et jour. Ses larmes coulèrent de plus belle en pensant à Jack cette fois-ci. Elle se rendit aussi vite que possible à l’hôpital en priant de toute ses forces que Jack soit vivant.

Allongé sur le lit d’hôpital, Jack avait un bandage à la tête, il avait pu se dégager in extremis de la rue avant que la voiture le percute mais ses blessures restèrent graves. Il lui souriait :

  • Toi…enfin sourire, suis content
  • Jack, excuse-moi

Pour la première fois, elle s’approcha et le serra fort dans ses bras. Jack, surpris, l’embrassa sur la tête :

  • Jack aime Lilly

Lilly se redressa en écarquillant les yeux, elle ne s’était pas aperçue de la douceur des sentiments que Jack éprouvait pour elle et continua :

  • Lilly aime Jack aussi

A ses mots, ils se regardèrent. Jack approcha ses lèvres des siennes pour échanger un long baiser.

Dévi Vidjeacoumar

Découvrez la nouvelle de Dévi Vidjeacoumar. Vous avez apprécié votre lecture? Votez pour lui ! Résultat chaque Lundi. A suivre…

 #défiBradburySunshine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.