fbpx
Rédiger, écrire... une passion, un métier
Dans les coulisses du web Episode 1

Dans les coulisses du web Episode 1

La Casa del Google

Quand le boss m’a confié cette enquête, je ne m’attendais pas à ça. Mais bon… il fallait bien que quelqu’un s’y colle. Et ça a été moi ! Je connaissais bien les lieux… comme tout le monde… du moins c’est ce que je croyais. D’apparence, cela n’a rien de bien méchant. Un écran, un clavier et l’accès à des millions d’informations. Smartphone, tablette ou ordinateur… tout est bon pour venir ici… dans le web 3.0. J’y retrouve mon réseau d’amis qui met des pouces en l’air, des têtes grognonnes ou encore des coms sous mes posts censés faire rire, sourire ou bien réfléchir. J’appelle mon pote Google qui s’affiche en une milliseconde sur mon écran. Le curseur clignote… je n’ai plus qu’à taper ce que je cherche comme la recette de l’éclair au chocolat ou la dernière théorie sur la reproduction des ratons laveurs d’Écosse… et la page s’affiche en une fraction de seconde. Des milliers de résultats s’étalent sous mes yeux. Je veux lire un livre, regarder un teaser ou encore avoir un avis sur l’aspirateur qui fait tout le boulot à ma place ? Tout est là. Et mon boss me demande de rentrer dans les coulisses du web ? Mais franchement… qu’est-ce qu’il attend que je trouve à part des bits et des mégabits, des octets et des écritures binaires ??? Tout n’est que machines… virtualisation… informatique… Un monde sans aucune surprise… calculé au millimètre… où les mathématiques sont rois… Mais bon, puisqu’il faut le faire, je dois le faire… Un dernier coup d’œil à Facebook, le roi de la communication et je plonge dans l’envers du décor. Cinq… quatre… trois… deux… un… Go ! Je presse le bouton « entrer » avec la grosse flèche. L’écran m’absorbe en un instant… me voilà dans la grande toile d’araignée.

De l'autre côté de l'écran...

Sam la rédactrice web

C’est bien ce que je pensais… ici, il n’y a que processeur, voie rapide même super rapide et robots d’analyse. Euh, mais attends… robots d’analyse ? C’est quoi ces robots. Je les suis un instant regardant leur valse étrange. Ils se jettent sur un site… sélectionnent un article… en lisent les titres, quelques lignes d’intro puis repartent avec une sorte de classeur. C’est décidé… je les suis. Ils accélèrent dans la ligne droite. Je surfe sur une onde magnétique qui passait par là pour ne pas les perdre. Bon sang… mais c’est quoi ça. Soudain, un bâtiment géant se dresse au carrefour de toutes les voies rapides comme si tous les chemins venaient là. Je regarde de plus près… dingue ! Il y a des robots partout. Certains entrent dans le bâtiment par un accès sur la gauche et d’autres ressortent tout aussi pressés par la porte de droite. Je lève les yeux vers la façade… pas de fenêtres… rien qu’un cube… gigantesque… mais un cube quand même.

Rencontre avec Google Panda

Allez, je vais suivre les petits robots pour voir ce qu’ils font là-dedans. J’emprunte la voie de gauche, celle pour entrer apparemment. Ah mince ! Il y a un garde. Il ressemble à un panda avec sa chemise blanche, son gilet noir et un ses lunettes dessinées. Les robots dans la file devant moi s’arrêtent quelques millisecondes devant lui. Il feuillète leur classeur et les laisse passer… ou pas. Ceux éliminés sont emmenés par deux autres robots et sont mis en salle d’isolement, un espace vitré un peu plus loin. J’aperçois à travers les vitres des robots déguisés en flics… Ils leur confisquent leur classeur et le passent à la broyeuse. Une grosse enseigne lumineuse se met alors à clignoter au-dessus de la porte. Sale temps pour moi ! Qu’est-ce que le panda va bien pouvoir piquer dans mes mains pour que je passe ? Il n’a pas l’air commode. Plus que deux robots devant moi… vite… vite… une idée ! Au dernier moment, je me retourne et j’arrache le classeur des pinces du robot derrière moi. Eh eh mon gars… 3 pour moi 0 pour toi !

Inside the web

Le panda lit mon dossier et lève la barrière… ouf ! Je suis passée ! Mais je ne suis pas au bout de mes peines… à peine la barrière passée, qu’une bonne centaine, voire un bon millier de routes s’ouvrent devant moi. Je m’engage à toute vitesse sur l’une des voies guidées par une petite balise déposée par le pingouin dans mon classeur au moment du passage. La balise clignote de plus en plus… je ne dois plus être loin ! Je monte, je descends, je tourne et je retourne pour arriver devant un immense classeur. Je lève la tête et là, je vois un alignement de 1 et de 0. Faisons appel à ma mémoire et à mes cours d’informatique pour déchiffrer ce langage informatique. Mais pas le temps de réfléchir qu’un autre robot arrive à toute vitesse et me bouscule. Il m’arrache les feuilles des mains et disparaît dans le grand classeur. La visière de mon casque virtuel tombe sur mon nez. Et les chiffres deviennent des lettres comme par magie : « thématique régime ». Ok. Je suis donc dans une méga grande bibliothèque virtuelle où tout est classé par thématique. Maintenant, il faut trouver la sortie.

Jo le référenceur...

Sitôt dit, sitôt fait… mais là encore, un garde avec une barrière. Ils ont peur qu’on vole leurs données ou quoi ? Ces programmes sont paranos quand même ! Eh, mais attend ! C’est qui là-bas ? Je me penche sur le côté… visiblement je ne suis pas le seul resquilleur du coin ? Un confrère peut-être… un journaliste comme moi à qui son rédac chef à donné un sujet pourri, sans intérêt.

  • Eh mec ! Attends ! Tu vas où ?

Le type me regarde et ne semble pas vraiment surpris. Dingue ! Il serait donc courant de venir par ici. J’insiste… on ne sait jamais…

  • Eh, mais attends ! T’es qui ? Tu travailles pour qui ?

Je le prends en chasse à travers le dédale de processeurs. Il tourne à gauche… à gauche encore… avec un peu de bol, il va encore tourner à l’angle gauche. Je coupe donc à droite pour me retrouver face à lui. Et bingo ! Il est là en face de moi. Il lève un regard méfiant vers moi.

  • T’es nouvelle ici ? Je t’ai jamais vue !
  • Bin ouais, c’est la première fois que je viens.
  • Tu cherches quoi ? tu fais quoi ici ?
  • Je suis pigiste et mon rédac chef…
  • Bon ok, laisse tomber… je vois que t’es pas du milieu… ici, mon pote, t’es dans le cœur de Google. C’est ici qu’il range toutes les infos que tapent les internautes. Et c’est ici aussi que se trouve le Graal pour les gens comme moi… les référenceurs…
  • Ah ok, mais c’est quoi que tu viens chercher ici alors ?
  • Les mots clés, ma poule… les mots clés… le Saint-Graal du web ! La clé qui te permet de référencer un site à la vitesse de la lumière ! Viens ! Suis-moi… je vais te présenter au reste de l’équipe, mais avant on va passer par le champ sémantique…

Une virée au champ sémantique...

Parce que le mec n’est pas seul ! Mais ils sont combien à travailler dans l’ombre comme ça derrière nos écrans en fait ? Jo, le référenceur ne m’écoutait plus… il était bien trop occupé à ramasser le max de mot clé dans le champ sémantique sans se faire prendre par les robots surveillants. Je me planquais et rampais derrière lui.

  • La récolte est bonne ? demandais-je

Jo se retourna avec un petit sourire.

  • Excellente ! C’est de la bombe !

Il regarda à droite et à gauche, m’agrippa le bras et m’exhorta à le suivre.

  • Viens… faut pas traîner ici. Si tu te fais arrêter, tu ne te remets jamais des pénalités Google.

Je le suivais sans faire d’histoire… il avait l’air de savoir de quoi il parlait. Après une bonne heure de déambulation à travers le net, Jo arriva devant un écran géant… il tapa contre la vitre… trois coups longs et deux coups brefs… deux fois. L’écran s’éclaircit et un visage apparut sur l’écran… Enfin, c’était plutôt comme un miroir en fait… un miroir sans tain où une vraie personne était assise à son clavier et semblait attendre un résultat devant son écran. Jo étala les mots clés récoltés devant l’écran. Le visage de la jeune femme de l’autre côté s’éclaira. Elle commença à les piocher frénétiquement. Et plus, elle en prenait, plus son visage s’éclairait. Jo se tourna vers moi :

  • Elle, c’est la rédactrice web. Une vorace en mot clé et vocabulaire sémantique.
  • Mais qu’est-ce qu’elle en fait.
  • C’est une journaliste comme toi. Elle va pêcher les infos sur un sujet brûlant du web et elle rédige un article. Ensuite, elle rajoute les mots clés pour faire plaisir aux robots et le tour est joué. Mais attention… ce n’est pas de l’info de seconde zone… c’est de la vraie, de la bonne, de l’inédite que tu ne trouveras nulle part ailleurs !

Je hochais la tête, un peu incrédule. Soudain, une pluie de billets s’abattit sur nous. Je me jetais de côté, évitant les grosses pièces qui tombaient de je ne sais où.

  • Mais qu’est ce qu’il se passe encore ?

Jo sourit encore ironiquement…

  • Décidément, t’es un vrai novice toi !

Il prit une pièce et me la montra comme si je n’en avais jamais vu.

  • Ça, c’est le client qui nous paie… moi, la rédactrice, le content manager et tous les gars avec qui je bosse… pour qu’on lui fournisse des articles de haute qualité qui vont autant séduire les internautes qu’hypnotiser les robots….
  • Et c’est tous les jours comme ça ?
  • Ouais… tous les jours mon gars !

Black hat versus white hat

Un autre gars s’approcha de nous. Il portait un grand imper noir et des lunettes de soleil. Jo me fit signe de me mettre derrière lui.

  • Recule ! C’est un darkweb !

Je m’exécutais sans broncher. Le type semblait louche. Quand il fut à portée de voie, Jo l’interpella :

  • Salut Micka, tu as quelque chose pour moi aujourd’hui ?

Le type sourit laissant voir ses dents noircies. Il se planta un mégot au bec avant d’ajouter

  • Comme d’hab Jo… tu sais que j’ai que de la bonne… tu veux quoi aujourd’hui ? L’info qui fait le buzz ? Du people ? De l’inédit ?

Jo ne moufetait pas. Le gus poursuit son monologue…

  • Allons Jo, tu sais que je peux tout avoir… tu veux quoi ?

Micka sourit plus largement… une lueur s’alluma dans son regard…

  • Des avis de consommateur ? De lecteurs ? Sur un livre ? Un appareil électroménager ? Un site ? Allons Jo… ne fais pas ton timide… tu sais que je peux tout avoir… il suffit d’avoir la monnaie…

Micka termina sa phrase dans un grand éclat de rire sarcastique. Jo se mit en position de défense et aboya :

  • Dégage Micka ! Je ne mange pas de ce pain-là !

A suivre…

Notez cette article
5/5

Cet article a 1 commentaire

  1. Bon ben j’attends la suite 😎👌🏻

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu